Poker

Les femmes et le monde du poker

Détrompez-vous ! Le poker n’est pas un jeu typiquement masculin. Du fait de sa démocratisation, le poker a aussi atteint la gente féminine et continue d’attirer de plus en plus de femmes.

La pokermania féminine

News et actualités du monde du poker en ligne et du poker de tournoi Une chose ne trompe pas : les boutiques spécialisées et les grandes enseignes ont tout de suite compris qu’il fallait séduire les femmes. C’est alors que sont apparus par exemple les coffrets de jeu de poker roses qui ont rencontré un franc succès. En effet, le poker est désormais le jeu de cartes favori des Français et donc des Françaises. Si hommes et femmes peuvent jouer indifféremment dans les casinos, il existe toutefois des tournois réservés uniquement aux femmes dans lesquels les professionnelles peuvent s’affronter. Par ailleurs, des soirées exclusivement réservées aux femmes sont organisées, que ce soit dans des casinos ou dans des magasins spécialisés.

Elles permettent aux néophytes d’apprendre les bases du poker : on leur enseigne les règles du jeu, quelques tactiques de case et les meilleures manières de bluffer.

Une reconnaissance officielle : Le Ladies Event des World Series of Poker (WSOP)

Créé en 1977 soit 7 ans après la création des WSOP, le « Ladies Event » est LE tournoi réservé aux femmes. Les mauvaises langues disent que ce tournoi aurait été créé pour occuper les compagnes ou épouses des joueurs masculins et ainsi attirer plus de monde aux tournois. Depuis ce tournoi s’est internationalisé et est devenu le plus important tournoi féminin au monde. Lors des premières années du tournoi, les femmes s’affrontaient au Stud à sept cartes (Seven-card-Stud) et le buy-in était relativement bas. Toutefois, au fil des ans, le tournoi a pris de l’ampleur : on y joue désormais au No Limit Texas Hold’Em, le buy-in a augmenté (100$ en 1977, 500$ en 1982, 1000$ en 1992), et surtout le nombre de joueuses inscrites est de plus en plus nombreux.

Un avantage : l’intuition féminine ?

L’intuition féminine est un sujet qui fait couler beaucoup d’encre quand on parle des femmes qui jouent au poker. Ce jeu nécessite énormément d’attention et d’ « intuition ». Lorsque le subconscient gère et réinterprète toutes les informations liées au jeu en une suite logique, les femmes peuvent prendre l’avantage, grâce à leur inégalable et fameuse « intuition féminine ».
Toutefois, cette théorie est très régulièrement controversée et chacun peut librement croire à l’existence, ou non, de ce sixième sens féminin.

Portrait d’une joueuse reconnue : Annie Duke

Annie Duke prouve régulièrement que les femmes peuvent tenir leur place dans ce jeu aux allures plutôt masculines… C’est son frère qui lui a appris à jouer. Née à Concord, New Hampshire, USA. Elle est allée à l’école à St. Paul puis à Columbia où elle a reçu deux diplômes, l’un en psychologie, l’autre en anglais. Elle a ensuite rejoint l’Université de Pennsylvanie pour un psycholinguistique doctorat. Elle a quitté le programme pour se lancer dans le poker.
C’est aujourd’hui la femme ayant empoché le plus d’argent dans l’histoire des WSOP. Elle a même remporté une dixième place et 10 000$ alors qu’elle était enceinte de 8 mois de son troisième enfant.
Annie ne participe normalement pas aux tournois réservés aux femmes. Elle a dit lors d’un entretien avec CBS, « Le poker est l’un des rares sports où une femme peut concourir avec les hommes en totale égalité et c’est pour cela que je ne comprend pas pourquoi on organise des tournois réservés aux femmes ».

… qui ne fait pas office d’exception

Aujourd’hui, Isabelle Mercier, Vanessa Rousso ou Sandra Naujoks, joueuse européenne de l’année 2008, sont sous les feux de la rampe car elles symbolisent toute une nouvelle génération de joueuses.
Mais elles ne font pas encore partie des 10 femmes ayant amassé le plus de gains en tournois, au contraire d’Annette Obrestad qui, malgré son jeune âge, a su passer avec succès des salles de poker en ligne aux grands tournois sur table. Ainsi le succès des femmes au poker est bien réel, comme le démontrent de nombreuses joueuses qui ne veulent pas se contenter de briller dans des événements exclusivement réservées aux femmes.

Les hommes n’ont plus désormais le monopole du poker. Les femmes sont des adversaires redoutables qu’il faut craindre. Rusées, habiles et fines observatrices, méfiez-vous d’elles !